ACCUEIL

Dr. Mohammed Sanusi BARKINDO

Nouveau S.G. de l'OPEP

Le torchage de gaz, une pratique qui pollue l'environnement

Le lac Kivu contient du gaz dont l'exploitation est dangeureuse selon les experts

DERNIERE INFO

UN NOUVEAU SECRETAIRE GENERAL A L'OPEP

LE NIGERIAN MOHAMMED SANUSI BARKINDO

A l'occasion de la 169e réunion de la Conférence de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui s'est tenue à Vienne en Autriche, le jeudi 2 Juin 2016 sous la présidence de Dr. Mohammed Bin Saleh Al-Sada, ministre de l'Energie et de l'Industrie de l'Etat du Qatar et Président en exercice de l'Organisation, une importante décision parmi beaucoup d'autres, a été prise, notamment la désignation d'un nouveau Secrétaire Général du Cartel.

 

GRAND DOSSIER

LE TORCHAGE DU GAZ EN QUESTION !

Au cours de l'extraction du pétrole brut, du gaz associé est produit en même temps que l'huile. Ce gaz est en général utilisé ou conservé grâce aux investissements significatifs des gouvernements et compagnies pétrolières. Cependant, une partie du gaz est toujours brûlé en raison de contraintes techniques, économiques et institutionnelles. De ce fait, des milliers de torches continuent de brûler de par le monde un montant total de 140 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an, libérant ainsi près de 300 millions de tonnes de CO2 par an dans l'atmosphère.

 

PROJET

LE GAZ DU LAC KIVU

Installation du Comité ad hoc bilatéral RDC-Rwanda

Le Ministre des Hydrocarbures de la République Démocratique du Congo, Pr. Aimé Ngoi-Mukena Lusa-Diese a

procédé le mercredi 27 avril 2016 à Goma, à l'installation des membres du Comité bilatéral ad hoc pour la surveillance de l'exploitation sécurisée du gaz méthane du lac Kivu. La petite salle de l'hôtel Ihusi de Goma a servi de cadre à cette cérémonie à laquelle la République du Rwanda était représentée par Mme Augusta Umutoni Marie Christine, dépêchée par Mme le Secrétaire d'Etat en charge de l'Eau et de l'Energie.

 

LE MARCHE

'EQUILIBRE DU MARCHE PETROLIER EN 2017. ET APRES ?

Le premier semestre 2016 laisse les observateurs sur un débat houleux quant aux perspectives d'évolution des cours du pétrole. On aura broyé du noir avec un baril largement en dessous des 40 dollars en début d'année, une première

depuis 2009, qui a enflammé tous les états-majors des compagnies pétrolières et des Ministères en charge du pétrole. Il y a donc lieu, pour tous les acteurs de l'industrie pétrolière d'accorder une attention toute particulière à toutes les prévisions, y compris les plus fantasmagoriques, qui ne manquent pas matière à réflexion.

 

Le président Dos Santos, un leadership

affecté par la chute des prix

Ryan M. Lance,

PDG de ConocoPhilips

TOP INFO

L’ANGOLA DESORMAIS PREMIER PRODUCTEUR

AFRICAIN DE PETROLE

 

Dans notre parution N°16, notre rédaction annonçait en grand titre que l'Angola ravirait à l'horizon 2016 la place de premier producteur africain de pétrole au Nigeria. Une fois encore, nos prévisions et analyses sont exactes. Depuis le mois de novembre 2015, la production pétrolière du Nigeria a connu une chute remarquable, qui se chiffrait alors, selon l'OPEP à plus de 250.000 barils/jours. Il s'agissait déjà à cette date de la baisse la plus importante au sein du Cartel. Cette situation qui s'est dessinée depuis la fin de l'année 2014, a pris des proportions beaucoup plus implorantes de mois en mois.

 

FOCUS

LE PETROLE AMERICAIN A NOUVEAU SUR LE MARCHE

APRES 40 ANS DE BANNISSEMENT

 

Le Theo T, navire pétrolier battant pavillon des Bahamas, a quitté le port de Corpus Christi, dans la nuit du jeudi 31 décembre 2015, avec une cargaison qui est considérée comme la première exportation de brut américain destiné au marché international, depuis la décision du Congrès, il y a plus de 40 ans, de bannir d’exportation le pétrole produit aux Etats-Unis...